CONFÉRENCIERS

Crédit: CBR Photography

Mary-Wynne Ashford, MD, PhD. est un médecin de famille à la retraite, spécialisé dans les soins palliatifs. Elle a été coprésidente des Médecins internationaux pour la prévention de la guerre nucléaire pendant quatre ans et présidente de Médecins pour la survie mondiale (Canada) pendant quatre ans. L'IPPNW a reçu le prix Nobel de la paix en 1985. Elle a reçu de nombreux prix pour son travail, notamment la médaille du gouverneur général à deux reprises et le Washington Physicians for Social Responsibility Prix ​​du médecin émérite au nom de Sir Paul Beeson. En 2016, l'Université de Calgary l'a nommée diplômée émérite. Elle a reçu la médaille d'excellence 2019 des Doctors of BC et de la Fondation Cam Coady. Son livre primé, Assez de sang versé: 101 solutions à la violence, à la terreur et à la guerre, a été traduit en japonais et en coréen. Le docteur Ashford et le Dr Jonathan Down ont reçu le Prix national d'excellence 2019 des Canadiens pour une convention sur les armes nucléaires, une organisation de 1000 membres de l'Ordre du Canada qui appuient le Traité d'interdiction des armes nucléaires. Le prix était décerné pour leur travail au cours des deux dernières années, enseignant à près de 2000 lycéens les armes nucléaires et le Traité d'interdiction.

Siana Bangura est une écrivain, productrice, interprète et organisatrice communautaire originaire du sud-est de Londres, qui vit, travaille et crée entre Londres et les West Midlands. Siana est la fondatrice et ancienne éditrice de la plateforme Black British Feminist, No Fly on the WALL; elle est l'auteur du recueil de poésie «Elephant»; et la productrice de «1500 & Counting», un film documentaire sur les décès en détention et les violences policières au Royaume-Uni. Siana travaille et fait campagne sur les questions de race, de classe et de genre et leurs intersections et travaille actuellement sur des projets axés sur le changement climatique, le commerce des armes et la violence de l'État. Siana est coordinatrice de la formation et des événements à Campaign Against Arms Trade (CAAT), une organisation basée au Royaume-Uni qui œuvre pour mettre fin au commerce international des armes.
Une analyse consciente et une transparence aimante illuminent les gens tendres, courageux et blues quand Claire Bates joue et chante. Claire travaille comme assistante sociale auteur-compositrice-interprète pour rassembler des groupes de personnes et fournir une motivation musicale, spirituelle, interpersonnelle et intellectuelle pour travailler pour la paix. Claire étudie et enseigne les méthodes de résolution des conflits depuis six ans (et officieusement beaucoup plus longtemps), un thème qui inspire ses chansons. Une carrière d'assistante sociale axée sur les réfugiés et les anciens combattants renforce son engagement à mettre fin à la guerre et à ses dommages. Claire consacre des efforts musicaux acoustiques à la sensibilisation aux systèmes injustes tout en nourrissant les coalitions et les connexions communautaires, sachant qu'ensemble, nous faisons bouger les choses. Sa musique unit la soulfulness d'Eva Cassidy, les brillantes explorations ludiques de Joni Mitchell, l'engagement obstiné de Woody Guthrie à exprimer les réalités, et une détermination, une curiosité et une tendresse qui lui sont propres. Claire partage ses chansons de cœur pour les moments difficiles.
Mia Beijer est une militante de la justice sociale et climatique de 16 ans qui a fondé Future Rising Ottawa et a commencé à faire grève hebdomadaire devant le Parlement en janvier 2019. Le fait d'être scolarisé à la maison avec ses deux frères et sœurs plus âgés a permis à la maman de Mia d'inclure l'activisme dans leur éducation. Mia participe à des manifestations pour la justice climatique, la justice sociale et les droits des peuples autochtones depuis qu'elle a 5 ans. Au cours de la dernière année et demie, Mia a concentré son temps et consacré son éducation à être une alliée des communautés autochtones de première ligne qui défendent leurs terres et territoires non cédés et non revendiqués, et, finalement, l'avenir et le droit de chacun à des terres et à l'eau sûres. Mia est préoccupée par la militarisation croissante et l'intensification de l'agression de notre police locale et de la GRC en réponse aux communautés de première ligne marginalisées et autochtones. Elle est également préoccupée par les ressources disproportionnées consacrées à la militarisation et à l'industrie militaire. Son objectif est d'amplifier les voix autochtones et de faire pression sur le gouvernement canadien responsable de l'exploitation capitaliste et colonialiste des terres autochtones non cédées. Mia s'est engagée à créer et à maintenir un espace sûr pour que les voix des jeunes se lèvent et s'unissent tout au long de la crise climatique.
Medea Benjamin est la cofondatrice du groupe de paix dirigé par des femmes CODEPINK et cofondatrice du groupe de défense des droits humains Global Exchange. Elle défend la justice sociale depuis plus de 40 ans. Décrite comme «l'une des combattantes les plus engagées - et les plus efficaces - des États-Unis pour les droits de l'homme» par New York Newsday et «l'une des dirigeantes les plus en vue du mouvement pour la paix» par le Los Angeles Times, elle était l'une des 1,000 femmes exemplaires de 140 pays nommés pour recevoir le prix Nobel de la paix au nom des millions de femmes qui font le travail essentiel de la paix dans le monde. Elle est l'auteur de dix livres, dont Drone Warfare: tuer à distance et Royaume des injustes: derrière la relation américano-saoudienne. Son livre le plus récent, Inside Iran: La vraie histoire et la politique de la République islamique d'Iran, fait partie d'une campagne visant à empêcher une guerre avec l'Iran et à promouvoir des relations commerciales et diplomatiques normales. Ses articles paraissent régulièrement dans des médias tels que The Guardian, The Huffington Post, Common Dreams, Alternet et The Hill.
Crédits: Jalani Morgan

Simon Black est professeur d'études sociales à l'Université Brock et fondateur de Labour Against the Arms Trade, une coalition de militants pour la paix et les syndicats qui s'emploient à mettre fin à la participation du Canada au commerce international des armes. LAAT organise la conversion des armes et une transition juste pour les travailleurs de l'industrie de l'armement. @_SimonBlack @LAATCanada

Leah Bolger a pris sa retraite en 2000 de l'US Navy au grade de commandant après vingt ans de service actif. Sa carrière a englobé des lieux d'affectation en Islande, aux Bermudes, au Japon et en Tunisie et en 1997, elle a été choisie pour être membre militaire de la marine au programme d'études de sécurité du MIT. Leah a obtenu une maîtrise en sécurité nationale et affaires stratégiques du Naval War College en 1994. Après sa retraite, elle est devenue très active au sein de Veterans For Peace, y compris son élection en tant que première femme présidente nationale en 2012. Plus tard cette année-là, elle a fait partie d'une délégation de 20 personnes au Pakistan pour rencontrer les victimes des frappes de drones américains. Elle est la créatrice et coordinatrice du «Drones Quilt Project», une exposition itinérante qui sert à éduquer le public et à reconnaître les victimes des drones de combat américains. En 2013, elle a été sélectionnée pour présenter la conférence commémorative de la paix Ava Helen et Linus Pauling à Oregon State University. Elle est actuellement présidente du conseil d'administration de World BEYOND War.
Shannon Chief: De la nation anishnabe du bassin versant de la rivière des Outaouais (Algonquin), les clans de loups sont connus pour leur bonne mémoire dans la transmission des connaissances autochtones. Shannon a été impliquée dans l'intention des gens de protéger la terre, les animaux et le mode de vie traditionnel avec la terre, de la défense des terres, à la restauration de la gouvernance autochtone, à la construction d'un programme basé sur la terre, aux camps anishnabe Odinewin et à la participation aux discussions sur le changement climatique. dans ses pays d'origine. Shannon a également dirigé et guidé une déclaration écrite unifiée des femmes lors de la conférence Femmes autochtones contre l'extractivisim en 2018. Shannon reste fidèle à travailler avec les Anciens du pays traditionnels et offre des conseils pour façonner PowerShift: Young and Rising.
Philippe Duhamel est formateur, stratège créatif et organisateur de campagnes de terrain qui font appel à diverses méthodes de résistance civile, y compris la non-coopération et l'action directe non violente. Au cours des trois dernières décennies, Philippe a co-conçu et mené des campagnes contre la course aux armements, la complicité du Canada avec l'apartheid, l'intervention militaire en Amérique centrale, les attaques génocidaires contre le Timor oriental, l'entraînement militaire sur le territoire inuit, l'extraction d'uranium dans les territoires Chipewyans et Dene, et violations des droits de l'homme par les pays développés du G7 et du G8. Ses travaux actuels portent sur la transition énergétique verte et la prévention de nouvelles infrastructures d'énergie sale.
Ancien vice-président du Syndicat étudiant de Concordia, Yves Engler est un militant et auteur base à Montréal. Il a publié sept livres sur la politique étrangère canadienne. Yves a été surnommé «la version canadienne de Noam Chomsky» (Georgia Straight), «l'une des voix les plus importantes de la gauche canadienne» (Briarpatch) et «une partie de ce groupe rare mais grandissant de critiques sociaux qui n'a pas peur d'affronter le Canada. des mythes satisfaits »(Quill & Quire).
Bruce Gagnon est coordinateur du Global Network Against Weapons and Nuclear Power in Space . Gagnon travaille sur les questions spatiales depuis plus de 30 ans, d'abord comme coordonnateur d'État de la Florida Coalition for Peace and Justice. Gagnon il est invite internationalement a parler et a écrit pour des publications telles que Earth Island Journal, CounterPunch, Z Magazine, Space News, National Catholic Reporter, Asia Times, Le Monde Diplomatique et Canadian Dimension. Il est l'hôte de This Issue, un programme de télévision par câble qui est diffusé dans 17 communautés du Maine, son État d'origine.
Kelsey Gallagher est chercheur avec Project Ploughshares, analysant les exportations militaires canadiennes et le commerce plus large des armes au Canada. Il est également directeur de Project Ploughshares'base de données sur la production et les exportations militaires canadiennes, la plus complète du genre. Il est titulaire d'une maîtrise en études sur la paix et les conflits de Conrad Grebel University College, Université de Waterloo, et un BA en science politique de l'Université Western.
Furquan Gehlen travaille dans l'industrie de l'automatisation industrielle en tant qu'ingénieur en automatisation avec une formation en systèmes de contrôle électrique. Il est militant pour la paix et la justice sociale depuis 1985 et a récemment poursuivi ses études en complétant un «Certificat en développement international» de l'UBC en 2012 et en terminant une maîtrise en consolidation de la paix de l'Université Royal Roads en 2016. Il est actuellement coprésident du chapitre de Vancouver Canadian Peace Initiative. De 2013 à 2019, il a été coprésident national de Canadian Peace Initiative. Il est membre du conseil d'administration de la Global Peace Alliance BC Society et est également administrateur fondateur de la Canadian Muslim Peace Alliance. Il est actuellement coordinateur de chapitre pour World BEYOND War’s Section de Vancouver métropolitain et se concentre sur le développement d'une culture de la paix au Canada et dans le monde. Sa passion est de rendre le monde meilleur en se concentrant sur la résolution des problèmes au niveau des causes profondes et de manière durable. Son objectif est de faire progresser la société afin que la guerre ne soit plus considérée comme une activité acceptable pour l'homme. Né à Newcastle, en Angleterre et vivant dans la région métropolitaine de Vancouver depuis 1973, Furquan vit actuellement à North Delta avec sa femme et ses trois enfants.
Phill Gittins, PhD, est World BEYOND War’s Directeur de l'éducation. Il a plus de 15 ans d'expérience en ayant creer des programes d'education, en analyse et en leadership dans les domaines de la paix, de l'éducation et de la jeunesse. Il possède une expertise particulière dans les approches contextuelles des programmes de paix; éducation à la consolidation de la paix; et l'inclusion des jeunes dans la recherche et l'action. Il est titulaire d'un doctorat en analyse des conflits internationaux, d'une maîtrise en éducation et d'un baccalauréat en études communautaires et jeunesse. Phill a reçu plusieurs prix pour sa contribution sur l'etude de la paix et des conflicts, notamment le Rotary Peace Fellowship.
Doug Hewitt-White est le président de Conscience Canada et est retraité d'une carrière dans la fonction publique dans les services de création et de communication. Conscience Canada est un groupe national de résistance aux impôts militaires qui œuvre depuis plus de 35 ans pour promouvoir un changement de loi afin de permettre aux Canadiens de s'opposer consciemment à l'imposition militaire en tant que droit de conscience garanti par la Charte canadienne des droits et libertés. Conscience Canada maintient un Fonds de la taxe pour la paix où les objecteurs de conscience à la fiscalité militaire peuvent déposer la partie militaire de leurs impôts.
Dr. Peter Jones est professeur à l'Université OCAD de Toronto, où il enseigne dans le cadre du programme Master of Design Strategic Foresight and Innovation. Peter mène des études de conception pour la refonte des systèmes sociaux et communautaires pour l'épanouissement, en se concentrant sur la santé, l'environnement, la planification et les politiques publiques et les entreprises. Peter organise des dialogues communautaires à Toronto, avec Design with Dialogue et en tant que fondateur d'Unify Toronto Dialogues, engageant la société civile et les créatifs dans des conversations pour le changement, la décolonisation et les alternatives économiques sociales au cours actuel du capitalisme mondialisé.
Kathy Kelly co-coordonne Voices for Creative Nonviolence (www.vcnv.org), une campagne pour mettre fin à la guerre militaire et économique américaine. Kathy a vécu dans des zones de combat actives en Irak, en Afghanistan, en Bosnie, en Haïti, au Liban, à Gaza et en Palestine. Kathy et ses compagnons ont vécu à Bagdad pendant le bombardement «Shock and Awe» de 2003. Au cours de chacun de ses récents voyages en Afghanistan, Kathy, en tant qu'invitée des Afghan Peace Volunteers, a vécu aux côtés d'Afghans ordinaires dans un quartier ouvrier de Kaboul. Elle a été condamnée à un an de prison fédérale pour avoir semé du maïs sur des sites de silos de missiles nucléaires (1988-89) et a passé trois mois en prison en 2004 pour avoir franchi la ligne à l'école d'entraînement militaire de Fort Benning. En tant que resistante pour payer l'impôt de guerre, elle refuse le paiement de toutes les formes d'impôt fédéral sur le revenu depuis 1980.
Ella Lake est un activiste de la justice sociale et du climat âgé de 15 ans. Elle est cofondatrice et dirigeante de Chelsea Youth, un groupe communautaire et environnemental local dirigé par des jeunes. Elle a également été impliquée dans Future Rising Ottawa et occupe un poste de jeune leader de l'eau avec Sentinelle Outaouais. Elle est également l'une des jeunes à avoir commencé l'union des jeunes politiquement actifs de la région. Elle est convaincue que la justice sociale est une étape nécessaire lorsqu'elle parle d'action climatique et est honorée d'avoir la possibilité de modérer à No War 2020!
Tamara Lorincz est étudiante au doctorat en gouvernance mondiale à la Balsillie School for International Affairs (Wilfrid Laurier University). Tamara est diplômée d'une maîtrise en politique internationale et études de sécurité de l'Université de Bradford au Royaume-Uni en 2015. Elle a reçu le Rotary International World Peace Fellowship et a été chercheuse principale pour le International Peace Bureau en Suisse. Tamara siège actuellement au conseil Canadian Voice of Women for Peace et le comité consultatif international du Réseau mondial contre l'énergie nucléaire et les armes dans l'espace. Elle est membre du Canadian Pugwash Group et de la Ligue internationale des femmes pour la paix et la liberté. Tamara était un membre co-fondatrice de la Vancouver Island Peace and Disarmament Network en 2016. Tamara possède un LLB / JSD et un MBA spécialisé en droit et gestion de l'environnement de l'Université Dalhousie. Elle est l'ancienne directrice exécutive du Nova Scotia Environmental Network et cofondatrice de l'East Coast Environmental Law Association. Ses intérêts de recherche sont les impacts des forces armées sur l'environnement et le changement climatique, l'intersection de la paix et de la sécurité, le genre et les relations internationales, et la violence sexuelle militaire.
Peggy Mason: Ancienne ambassadrice canadienne du désarmement auprès des Nations Unies, Peggy Mason est maintenant présidente de l'Institut Rideau, un groupe de réflexion indépendant à but non lucratif axé sur la recherche et la défense des intérêts de la politique étrangère et de défense du Canada. Elle apporte une voix progressiste à des questions allant de l'impératif du désarmement nucléaire à la centralité de la résolution des conflits de l'ONU, apparaissant régulièrement dans la blogosphère, dans la presse écrite et à la radio et la télévision. Un aspect particulier de son travail à l'Institut Rideau, de concert avec une coalition d'ONG, dont Amnesty International, Project Ploughshares et Oxfam Québec, a été le renforcement de la législation canadienne sur l'exportation de matériel militaire afin de le rendre plus conforme aux normes mondiales inscrites dans le Traité sur le commerce des armes.
Alex McAdams est un activiste et artiste et est World BEYOND War Directeur du développement. Elle a travaillé en tant que productrice de contenu, avocate et directrice du développement pour diverses organisations artistiques, de justice sociale et de défense des droits civils. Avec un BA de l'Université du Vermont en études et philosophie des femmes et un JD spécialisé en droits civils de la CUNY School of Law, une grande partie du travail d'Alex a consisté à donner la parole et à défendre les droits et la protection des communautés marginalisées. Le travail anti-guerre d'Alex a commencé en tant que membre et organisateur de Food Not Bombs puis en tant qu'organisatrice et coproductrice de l'événement original Not In Our Name qui a eu lieu à New York après le 11 septembre en réponse à la réponse militariste injustifiée du gouvernement américain. Il y a plusieurs années, elle a passé du temps au Vietnam à travailler sur un projet de photographie pour documenter les effets environnementaux et sanitaires continus de l'agent Orange, qui a été utilisé par l'armée américaine pendant la guerre américano-vietnamienne. Pendant son séjour, elle a travaillé avec le Vietnam Friendship Village, qui a été lancé par un vétéran de la guerre du Vietnam et des États-Unis pour servir et héberger des enfants orphelins souffrant d'handicaps physiques et mentaux en raison de l'utilisation de la guerre chimique par l'armée américaine. La mission de l'organisation de plaider pour un dialogue interculturel autour des effets à long terme de la guerre tout en poussant à une résolution non violente des conflits a été l'impulsion derrière la passion d'Alex pour la paix et son intérêt à trouver des alternatives à la guerre face aux conflits. Alex vit actuellement au Canada avec son partenaire et ses deux chiens, mais est originaire des régions de New York et de Boston.
Karl Nerenberg a été le correspondant parlementaire du journal en ligne rabble.ca depuis 2011. Auparavant, il a travaillé pour les services en français et en anglais de Radio-Canada, à divers titres. Il était producteur pour les journaux télévisés Le Point et Le Journal et rédacteur en chef de CBC Radio's La maison. Karl a écrit, réalisé et produit de nombreux reportages et documentaires de longue durée, à des fins de diffusion et d'éducation, dont le long métrage de 2010 Ne reviens jamais, qui traite de la situation actuelle des Roms (ou Tsiganes), au Canada et en Europe. Karl a également travaillé dans le monde des ONG, en tant que responsable des communications pour l' Institut canadien d'information sur la santé, Cuso International et le Forum des fédérations, et en tant que responsable de la politique Bénévole Canada. Il a reçu un Gemini prix de la télévision, un Meilleur reportage international prix de la Communauté des télévisions francophonesEt un CBC Radio Award, entre autres. De nos jours, Karl joue régulièrement du piano jazz dans des pubs et autres lieux à Ottawa.
Ottawa Raging Grannies dire ce que nous pensons de la paix, du changement climatique, de la justice, de l'égalité et de la politique, et nous le disons dans des chansons satiriques. Nous écrivons nos propres paroles satiriques sur des airs familiers, nous nous habillons avec des vêtements de «grand-mère» à l'ancienne et des chapeaux scandaleux. Nous nous produisons lors de rassemblements, de manifestations, de réunions de protestation - et parfois de façon «guérilla» par nous-mêmes. En tant que Mamies Rageuses, nous consacrons nos efforts aux enfants du monde dans l'espoir qu'ils puissent vivre en paix et en harmonie, à l'abri de la pollution et de la guerre. Regardez un extrait de notre «CANSEX pas CANSEC»Chansons de protestation.
Brent Patterson est le directeur exécutif des Brigades de la Paix International-Canada ainsi qu'un militant de la rébellion d'extinction et écrivain Rabble.ca. Brent a été actif auprès de Tools for Peace et de la Brigade légère du Canada à l'appui du Nicaragua révolutionnaire à la fin des années 1980 et au début des années 1990, a défendu les droits des prisonniers dans les prisons et les prisons fédérales en tant que membre du personnel de défense et de réforme de la John Howard Society of Metropolitan. Toronto, a participé à des manifestations à la bataille de Seattle et aux sommets des Nations Unies sur le climat à Copenhague et Cancun, et a pris part à de nombreuses actions de désobéissance civile non violente. Auparavant, il a organisé des mobilisations communautaires à l'hôtel de ville / Metro Hall et des visites en bus anti-entreprises à Toronto par le biais du Metro Network for Social Justice, puis a soutenu l'activisme populaire à travers le pays en tant que directeur politique du Conseil des Canadiens pendant près de 20 ans avant de se joindre à Brigades internationales de la paix-Canada. Brent détient un baccalauréat en science politique de l'Université de la Saskatchewan et une maîtrise en relations internationales de l'Université York. Il vit à Ottawa sur les territoires traditionnels, non cédés et non revendiqués de la nation algonquine.
Helen Peacock, BSc MSc est un dirigeant d'entreprise à la retraite et ancien président de l'International Enneagram Association. Elle a passé vingt ans du côté des opérations et des systèmes de grandes organisations, et dix autres à la tête de sa propre société de conseil dans laquelle elle a offert des retraites de leadership et de consolidation d'équipe pour des groupes d'entreprises. Helen s'intéresse à la paix depuis le début de la vingtaine (à la fois la paix intérieure et la paix mondiale). Plus récemment, elle a fondé Pivot20Peace, une organisation basée dans le sud de la baie Georgienne qui s'est engagée à «sensibiliser» - une personne à la fois, un groupe à la fois, un pays à la fois - afin que nous, en tant que société, ne soyons plus tolérer la guerre comme moyen de résoudre les conflits. À l'occasion de la Journée internationale de la paix (2 septembre 21), Pivot2019Peace a organisé une soirée inspirante et éducative, avec de la musique et des danses en direct et un mur de la paix sur lequel les invités ont publié des promesses de paix. Pivot2Peace est également fière d'être la section sud de la baie Georgienne pour WBW et un sponsor de #NoWar2020.
Katie Perfitt est un organisatrice nationale avec 350.org, en soutenant les mouvements axés sur les personnes à travers le Canada et en s'organisant pour lutter contre la crise climatique Elle s'est impliquée pour la première fois dans l'organisation communautaire pendant son séjour à Halifax, avec Divest Dal, une campagne pour que l'Université Dalhousie se départisse de sa dotation des 200 plus grandes sociétés pétrolières et gazières du monde - des entreprises grossissant et brûlant des combustibles fossiles destructeurs du climat et perpétuant d'atroces violations des droits de l'homme dans le monde. Depuis lors, elle a participé à des campagnes pour garder les combustibles fossiles dans le sol, y compris la formation de centaines de personnes à prendre des mesures directes non violentes aux portes de l'installation de Kinder Morgan sur Burnaby Mountain. Elle a également aidé des dirigeants de centaines de communautés d'un océan à l'autre à se mobiliser en solidarité avec les communautés en première ligne de ces projets, afin d'attirer l'attention nationale sur les violations des droits des peuples autochtones et les impacts climatiques de ces projets. Elle est ravie de soutenir maintenant un mouvement émergent et puissant de jeunes de tous les coins du pays qui affirment une vision pour un avenir juste au-delà des combustibles fossiles par le biais d'un Green New Deal pour le Canada. Elle croit que grâce à la communauté, l'art et la pratique de la narration, nous pouvons créer le type de mouvements axés sur les personnes dont nous avons besoin pour éliminer l'industrie des combustibles fossiles.
Te Ao Pritchard est originaire de Ngāti Kahu, Ngāpuhi (Aotearoa / Nouvelle-Zélande) et Vaigaga (Samoan). Elle est une activiste des droits autochtones, takatāpui (deux esprits), facilitatrice et formatrice du renforcement des capacités du mouvement, spécialiste de l'engagement communautaire et consultante en pratique. Elle termine actuellement un PGrad Dip in Arts - Psychology (Massey University) et Tāhuhu Ahunga Tikanga - Master of Māori Laws and Philosophy (Te Wānanga o Raukawa). Te Ao est un co-fondateur de Pacific Panthers - se connectant avec les synergies du Pacifique, utilisant les connaissances et les pratiques indigènes pour renforcer les communautés dans la résistance contre la colonisation; membre fondateur d'Auckland Peace Action et organisateur communautaire à vie. Te Ao a conçu des réponses autochtones spécifiques à l'exposition d'armes de la Nouvelle-Zélande en 2016, ainsi que de travailler avec les groupes d'action pour la paix plus larges à travers le pays pour former les gens à l'action directe non violente et à la messagerie médiatique répondant pour les expositions d'armes 2016-18 en Nouvelle-Zélande.
Liz Remmerswaal est World BEYOND War membre du conseil d'administration et coordinatrice de la section nationale de WBW Aotearoa / Nouvelle-Zélande. Elle est une ex vice-présidente de la Ligue internationale des femmes pour la paix et la liberté en Nouvelle-Zélande et faisait partie de la coalition réussie de militants pour la paix qui a incité à l'annulation de la foire nationale des armes en 2019. Liz est co-fondatrice du Pacific Peace Network et a des liens étroits avec le Réseau pour l'Australie indépendante et pacifique. Elle a parlé et montré des films lors des conférences et des rassemblements pour la paix en Nouvelle-Zélande, en Australie, au Canada, en Irlande, à Prague et à Vienne, ainsi que lors d'un rassemblement devant la Maison Blanche et a été interviewée par la télévision afghane. Elle a une formation en journalisme, politique et activisme environnemental et a quatre enfants adultes. Liz s'inspire des Quaker Grannies for Peace pour leur approche créative du rétablissement de la paix et, avec d'autres, elle a aimé faire du vélo jusqu'à la base d'espionnage de Pine Gap à Alice Springs, planter un olivier au Palais de la paix de La Haye et chanter des chansons et faire des thés à côté des navires de guerre. . En 2017, elle a reçu le Sonia Davies Peace Award. Liz vit avec son mari sur la côte est de l'île du Nord.
Richard Sanders est un chercheur / écrivain / activiste qui s'est engagé à temps plein dans le mouvement pour la paix depuis 1984, lorsqu'il a échappé au monde universitaire avec une maîtrise en anthropologie culturelle. Ses efforts pour démystifier la mythologie de la paix au Canada ont commencé lors de la coordination du Peace Resource Centre d'Ottawa, de la production d'une émission de radio communautaire contre la guerre pendant près de 20 ans, et en tant qu'organisateur local avec l'Alliance for Nonviolent Action qui a abouti à l'arrestation de 150 personnes à ARMX '89 , prédécesseur de CANSEC. À la fin de 1988, il a fondé la Coalition pour s'opposer au commerce des armes (COAT.ncf.ca). Sa campagne initiale de désarmement, qui comprenait une conférence, une enquête publique et une marche / rassemblement de plusieurs milliers de personnes, a précipité l'interdiction de 20 ans imposée par Ottawa aux bazars d'armes. Le magazine de COAT, Press for Conversion !, qu'il produit depuis 1990, continue de dénoncer le militarisme canadien. Il a écrit sur les exportations d'armes du Canada, les investissements canadiens dans les pensions, dans les industries de l'armement, la participation militaire canadienne à la guerre en Irak, le soutien des ONG canadiennes au coup d'État en Haïti et le mythe inattaquable du Canada lui-même, une fiction basée sur le génocide, la xénophobie, le pillage des terres et l'impérialisme.
Susi Snyder est le chef de projet du projet PAX No Nukes. Elle coordonne également la recherche et la campagne Don't Bank on the Bomb. Elle est experte en armes nucléaires, avec plus de deux décennies d'expérience de travail à l'intersection entre les armes nucléaires et les droits de l'homme. En plus des rapports annuels Don't Bank on the Bomb, Susi a publié de nombreux rapports et articles, notamment Interdit mais allié: prochaines étapes pour les membres de l'Alliance de l'OTAN après l'adoption du Traité sur l'interdiction des armes nucléaires (2018). Susi a également contribué à un certain nombre de livres récents, notamment Le somnambulisme à Armageddon: la menace de l'anéantissement nucléaire (2017) et Lecteur guerre et environnement (2018). Susi représente PAX au sein du groupe directeur international de la campagne internationale pour l'abolition des armes nucléaires, lauréate du prix Nobel de la paix 2017. Susi est lauréate du prix Nuclear Free Future 2016. Auparavant, Mme Snyder a été secrétaire générale de la Ligue internationale des femmes pour la paix et la liberté (WILPF) au secrétariat de Genève, et elle est toujours présidente du WILPF Office des Nations Unies. Elle a été nommée Héros de Las Vegas en 2001 pour son travail avec les populations autochtones contre le développement d'armes nucléaires américaines et le déversement de déchets nucléaires. Susi vit actuellement à Utrecht, aux Pays-Bas, avec son mari et son fils.
Colin Stuart il a maintenant pres de soixante ans et a été actif dans sa vie d'adulte dans les mouvements de paix et de justice. Il a vécu en Thaïlande pendant deux ans pendant la guerre du Vietnam et il est venu à comprendre l'importance de l'opposition active à la guerre et l'importance la compassion, en particulier pour trouver une place pour les résistants à la guerre et les réfugiés au Canada. Colin a également vécu un certain temps au Botswana. Pendant qu'il y travaillait, il a joué un rôle dans le soutien des militants du mouvement et des syndicats dans la lutte contre le régime raciste en Afrique du Sud. Pendant dix ans, Colin a enseigné divers cours sur la politique, les coopératives et l'organisation communautaire au Canada et à l'étranger en Asie et en Afrique de l'Est. Colin a été à la fois un réserviste et un participant actif dans les actions des équipes Christian Peacemaker au Canada et en Palestine. Il a travaillé à la base à Ottawa à la fois comme chercheur et organisateur. Dans le contexte de la crise climatique, ses principales préoccupations persistantes sont la place insidieuse du Canada dans le commerce des armes, en particulier en tant que complice du militarisme américain et des États-Unis, et l'urgence des réparations et de la restauration des terres autochtones pour les peuples autochtones. Colin détient des diplômes universitaires en arts, en éducation et en travail social. Il est Quaker et dans sa 50e année de mariage, a deux filles et un petit-fils.
Mary Beth Sullivan vit à Brunswick, dans le Maine, près de Bath Iron Works, propriété de General Dynamics, où des destroyers navals, équipés de systèmes d'armes Aegis, continuent d'être construits. C'est une assistante sociale qui tente de répondre aux besoins d'une population sans-abri croissante en période de diminution des ressources. Elle est également active au Global Network Against Weapons and Nuclear Power in Space.
David Swanson est auteur, activiste, journaliste et animateur de radio. Il est directeur exécutif de World BEYOND War et coordinateur de campagne pour RootsAction.org. Les livres de Swanson incluent La Guerre est un Mensonge et Quand le Monde Interdit la Guerre. Ses blogues sont: DavidSwanson.org et WarIsACrime.org. Il anime Talk Nation Radio. Il est nominé pour le prix Nobel de la paix. Swanson a reçu le Prix de la Paix 2018 de la US Peace Memorial Foundation.
Dave Webb est un ancien membre du World BEYOND War Comité de coordination et président de la campagne britannique pour le désarmement nucléaire (CND), ainsi que vice-président du Bureau International pour la Paix (IPB), et le coordinateur de la Global Network Against Weapons and Nuclear Power in Space . Webb est professeur émérite d'études sur la paix et les conflits à la Leeds Beckett University (anciennement la Leeds Metropolitan University). Webb a été actif dans la campagne de démantèlement du système d'armes nucléaires Trident britannique et s'est également concentré sur la campagne pour fermer deux bases américaines dans le Yorkshire (où il vit) - Fylingdales (une base radar de défense antimissile) et Menwith Hill (l'énorme espion de la NSA base).
Lynda Williams est un professeur de physique qui travaille activement avec le Global Network Against Weapons and Nuclear Power in Space depuis plus de deux décennies pour empêcher la guerre dans l'espace. Son expertise est la défense antimissile, l'énergie nucléaire, les armes et le développement spatial. Plus récemment, elle s'est organisée à Hawaï avec des communautés autochtones pour aider à empêcher l'expansion de la défense antimissile et la construction du Radar de défense du territoire sur les terres hawaïennes sacrées. Lynda est également une auteure-compositrice-interprète et artiste de la performance dont la passion est d'éduquer, de divertir et de responsabiliser avec la musique et la science. Pour plus d'informations, consultez son site Web: http://lyndalovon.blogspot.com/.
Greta Zarro est la directrice organisatrice de World BEYOND War . Elle a une formation en organisation communautaire axée sur les problèmes. Son expérience comprend le recrutement et l'engagement de bénévoles, l'organisation d'événements, la formation de coalitions, la sensibilisation législative et médiatique et la prise de parole en public. Greta a obtenu un baccalauréat en sociologie / anthropologie en tant que major de promotion du St. Michael's College. Elle a ensuite poursuivi une maîtrise en études alimentaires à l'Université de New York avant d'accepter un emploi à temps plein d'organisation communautaire avec le leader sans but lucratif Food & Water Watch. Là, elle a travaillé sur des questions liées à la fracturation hydraulique, aux aliments génétiquement modifiés, au changement climatique et au contrôle de nos ressources communes par l'entreprise. Elle et son partenaire vivent actuellement dans une petite maison hors réseau dans leur ferme de fruits et légumes biologiques dans le nord de l'État de New York.